Découverte sous-marine : les scientifiques incapables d’atteindre le fond du mystérieux gouffre près du cratère de Chicxulub

Les océanographes ont confirmé qu’un gouffre sous-marin situé dans la baie de Chetumal, au Mexique, est le plus profond du monde. Cependant, ce qui se trouve réellement au fond de cet abysse, proche du cratère de Chicxulub, connu pour avoir vu s’abattre l’astéroïde qui a anéanti les dinosaures, reste un mystère.

Le « Trou Bleu de Taam Ja' », situé au large de la côte sud-est du Mexique, atteint une profondeur d’au moins 420 mètres, surpassant ainsi le « Trou du Dragon » de la mer de Chine méridionale, dont le fond est à environ 300 mètres sous le niveau de la mer.

Les trous bleus sont des cavernes situées sous le plancher océanique, qui se forment lorsque l’eau s’infiltre à travers des fissures, dissolvant les minéraux sur son passage et créant ainsi des gouffres.

Situé près de la péninsule du Yucatan, là où l’astéroïde fatal aux dinosaures a frappé la Terre il y a 66 millions d’années, le « Trou Bleu de Taam Ja' » était initialement estimé à environ 275 mètres de profondeur lors de sa découverte en 2021.

Une étude plus approfondie a récemment révélé que sa profondeur était bien plus grande.

Pour mesurer la profondeur de cet abysse, les chercheurs ont ancré un navire à proximité et ont plongé une sonde en décembre 2023.

Ils se sont également immergés avec un instrument destiné à profiler la conductivité, la température et la profondeur de l’eau ainsi que du gouffre.

Ils ont découvert que le gouffre atteignait au moins 420 mètres de profondeur, mais il pourrait être encore plus profond. L’instrument utilisé ne pouvait fonctionner qu’à une profondeur maximale de 500 mètres, ont précisé les chercheurs.

L’eau dans le gouffre présentait des couches de température et de salinité variables.

Une couche située à environ 400 mètres de profondeur présentait des valeurs de salinité et de température proches de celles de la mer des Caraïbes voisine.

Cela indique qu’il pourrait exister un fond marin sous-marin reliant les deux mers, ont indiqué les chercheurs. « Au sein des profondeurs du TJBH pourrait se trouver une biodiversité à explorer, liée à des processus physico-chimiques et géomorphologiques, formant un biotope unique », ont-ils conclu.

Notez cet article
  • Stéphane Martin

    Stéphane Martin est un photographe sous-marin. Sa carrière l'a conduit à capturer des images spectaculaires des créatures marines et des paysages sous-marins. Stéphane utilise son œil artistique et sa compréhension approfondie de la plongée pour écrire des articles inspirants et visuellement riches. Spécialisé dans la plongée et la biodiversité, il aime partager ses rencontres avec la faune marine et ses astuces pour capturer la beauté du monde sous-marin à travers l'objectif.

    Voir toutes les publications