Le printemps espagnol de la chasse sous-marine

Kedada

Le printemps espagnol de la chasse sous-marine

+ Par Jean Attard | le 4 Mars, 2012 - 17:56
Trente fabricants étaient réunis dans l'hôtel Barcelo de Valence, du grand équipementier généraliste au plus petit atelier spécialisé (photo J. Attard)

En Espagne, la chasse sous-marine a sa vitrine, c'est la Kedada.  Un salon original qui fait le pari de tout montrer en dix heures montre en main.

L'édition 2012 a eu lieu le samedi 3 mars dans un hôtel de luxe de Valence, grâce au travail d'organisation de l'équipe d'Ingrid Riera, par ailleurs directrice des magazines Buceadores et Apnea y Pesca, et de Jordi Chias, figure incontournable de la chasse sous-marine en Espagne. Cette édition a permis de rassembler, dans une salle dont on aurait voulu pousser les murs, une trentaine d'exposants, pour une journée très dense et ponctuée de plusieurs conférences animées par les marques elles-mêmes.

Le marché français en ligne de mire
Il y avait bien sûr les poids lourds de la chasse sous-marine et des marques bien connues en France, comme Cressi, Omer, Omer, Sporasub, Picasso, Seac, Beuchat, Absolute Blue, Dessault, Esclapez Diving, qui présentait sa nouvelle arbalète, l'Exium,  Et Mathieu Quilliou n'était pas venu les sacs vides puisque plusieurs modèles de cette arme 100 % inédite étaient dévoilés au public espagnol. Tête polyvalente, fût réalisé selon le concept "bi-tubes", design très "technologique" devraient assurer le succès de cette arbalète bientôt disponible dans toutes les tailles (50 à 130cm).

Il y avait aussi, et ce n'est pas le moindre intérêt de la Kedada, des fabricants italiens et espagnols fiers de présenter des produits souvent innovants et frôlant parfois l'œuvre d'art. Quelques noms : Salvimar, Carbontek, Picasso, Spetton, Techno Blue, Polo Sub, Alemani, et bien d'autres marques qui, après avoir titillé la curiosité des chasseurs français sur internet, se disent de plus en plus intéressées par le marché français…
 

Mathieu Quilliou présente l'Exium, la nouvelle arme fatale de JB. Esclapez. La grande innovation de l'année a fait ses premiers pas publics à la Kedada. Gros succès de curiosité (photo J. Attard)

 

Chez Soria Sub, un fabricant espagnol installé près d'Alicante, la spécialité maison, c'est l'arbalète. En bois, en carbone, ou réalisées dans un assemblage mixte bois-carbone,  ces arbalètes existent en version classique ou en roller-gun. Une finition étonnante! (photo J. Attard)

 

Alemani décline les fusils roller-gun dans toutes les tailles et surtout depuis de nombreuses années. Et si les prix demandés (de 700 à 1300 €) vous effraient, sachez que l'atelier italien propose des kits (100 €) pour transformer toute arbalète classique en roller-gun (photo J. Attard)

Mots clés:

Commentaires

Portrait de O.Olivier

En voilà du beau matos !
Vivement que ces marques soient accessibles via le marché français.

posté le 5 Mars, 2012 - 07:07

A suivre en test dans nos pages quelques unes de ces nouvelles arbalètes!

posté le 5 Mars, 2012 - 09:27